Créer un bassin à poissons : Comment faire ?

0
172

Créer un bassin pour poissons, quel joli spectacle ! Au-delà de son aspect décoratif, il présente aussi bien des avantages en termes de permaculture notamment. Avant de passer à l’étape construction, soyez certain d’avoir réfléchi à toutes les étapes pour faciliter le déroulement des travaux. Aspect, profondeur, entretien à venir, que faut-il prévoir avant de créer mon bassin à poissons ?

Pourquoi créer un bassin à poissons ?

La tranquillité du bruit régulier de l’eau, les instants de détente permis par un petit puits de fraîcheur, le joli effet miroir, difficile de ne pas se laisser convaincre par l’installation d’un bassin à poissons ! Et puis, à l’échelle environnementale, c’est aussi un formidable moyen de donner naissance chez soi à de véritables écosystèmes. Serpents, amphibiens et autres espèces aquatiques permettent ainsi de réguler les espèces nuisibles du terrain tandis que le bassin en lui-même permet de stabiliser la chaleur et l’humidité, ce dont profiteront forcément les plantes environnantes. Bonjour oiseaux, insectes et espèces locales qui viendront certainement s’y abreuver !

Les différents types de bassin

  • Le bassin à bâche : En PVC ou EPDM, il peut prendre toutes les formeset se décliner à l’envie sous toutes les tailles possibles. À compléter d’un feutre géotextile et d’une couche de sable pour une parfaite étanchéité.
  • Le bassin préformé : Une coque rigide et prête à l’emploi dont les nombreux modèles différents sauront satisfaire toutes les envies. 

Quelle taille pour mon bassin à poissons ?

Loin de n’être qu’un détail, attention à la taille de votre bassin de jardin ! On essayera généralement de lui donner une contenance de 1000 litres minimum. L’équilibre naturel pourra alors se mettre en place et de nombreuses espèces pourront s’y cacher et s’y développer. Notez que les poissons rouges et les carpes koï ont besoin de plus d’espace que la moyenne des autres poissons qui se situe autrement autour de 0,5  m3 d’eau par individu de 30 à 50 cm. Et puis, plus le bassin sera profond, plus les plantes seront denses et sombres ce qui offrira une excellente protection à nos amis aquatiques une fois l’hiver venu.

Choisir l’emplacement de mon bassin de jardin

Dès les premiers instants du projet, la question se pose : où placer ce fameux bassin de jardin ? Avant tout, on tiendra forcément compte du taux d’ensoleillement. La lumière permet à l’eau d’être continuellement oxygénée et permet aux plantes de pousser mieux, et plus naturellement. On privilégiera alors un emplacement est ou sud-est capable d’offrir un ensoleillement moyen de 5 à 6 heures par jour. Gardez toutefois en tête que votre bassin a aussi besoin d’ombre pour éviter un échauffement trop rapide durant les saisons chaudes, ce qui serait néfaste à la vie aquatique. On aime généralement la présence d’un arbre à bonne distance afin d’ombrager le tout. Mais ici encore, attention aux feuilles mortes ou aux aiguilles responsables de la formation de vase et de l’acidification de l’eau.

Assurez-vous aussi de la proximité d’un réseau d’alimentation et d’électricité afin de faire fonctionner la pompe de votre circuit fermé. Enfin, parce que l’on préfère profiter en permanence de notre joli point d’eau, on cherchera à l’installer dans un coin facilement visible du jardin. Cela permettra aussi de surveiller plus attentivement les allers et venues des enfants !

Créer un bassin à poissons : Quelles étapes ?

Créer un bassin à poissons commence généralement corde ou tuyau d’arrosage à la main afin d’en délimiter les contours. Si vous n’avez pas opté pour un bac préformé, la forme vous appartient et l’on apprécie généralement les courbes les plus naturelles possibles, avec quelques irrégularités. Du reste, les étapes suivantes consisteront généralement à :

  • Creuser le trou du bassin : À la main ou à l’aide d’une mini-pelle, on s’assurera dans tous les cas que la profondeur soit suffisante. Comptez au minimum 60 cm dans la zone la plus profonde afin d’offrir aux poissons ou aux nénuphars une bonne protection contre le gel. Et puisque les petits animaux aiment explorer leur environnement, on n’hésitera pas à créer différents niveaux à l’intérieur du bassin, ce qui permettra aussi de mieux fixer la bâche EPDM. 
  • Tamiser le fond :  À l’aide d’un râteau, d’un tamis ou même avec les pieds, cela permettra de retirer les gros cailloux qui pourraient percer la bâche. Prévoyez éventuellement un substrat de sol sur les parties les plus plates du bassin afin de favoriser l’alimentation en oxygène des plantes.
  • Poser le bac ou le feutre géotextile : On maintiendra ce dernier avec des pierres avant de poser la bâche EPDM.
  • Procéder au remplissage : Aucun problème s’il reste des plis sur la bâche. Ils deviendront invisibles une fois le bassin en fonctionnement.
  • Décorer le bassin : Avec des pierres et divers objets qui permettront de masquer les contours du bassin tout en maintenant le bâche le cas échéant.
  • Penser à l’oxygénation de l’eau : On misera généralement sur une jolie cascade afin de réguler la température et de favoriser l’oxygénation de l’eau. On optera sinon pour un système d’aération, parmi de nombreux modèles disponibles.

Un bassin pour poissons complet incluera enfin un système de filtration de l’eau afin d’éviter la prolifération des bactéries. Et pour anticiper les débordements possibles en cas d’orages, on n’oublie pas l’intégration d’un déversoir à environ 1 cm en-dessous du niveau de l’eau !

Les espèces de mon bassin à poissons

On y retrouve généralement des poissons rouges, facilement adaptables, ou des carpes destinées plutôt aux grands bassins et dont on compte plus de 75 espèces différentes ! On pensera également aux poissons de rivière, vairons, perches soleil ou encore esturgeons, à condition bien sûr de ne pas les prélever dans la nature. Le mélange de différentes espèces est totalement envisageable, celles-ci devant idéalement être de tailles similaires pour éviter tout risque de cannibalisme.

Attendez toutefois un mois minimum avant d’empoissonner le bassin.

Je passe à la création de mon bassin à poissons !

Et côté législation ? Créer un bassin ne demande généralement aucune demande d’autorisation de travaux mais l’on préfèrera généralement effectuer tout de même une déclaration en mairie.

Au-delà des espèces animales, on pensera également aux végétaux dont la présence est essentielle au bon équilibre de l’ensemble. La plantation s’effectuera entre avril et juin.

Question d’esthétisme et de sécurité, on installera enfin un système d’éclairage discret renforcé peut-être par une clôture. Le coût, lui, dépendra de nombreux facteurs mais l’investissement donne rarement lieu à des regrets. On se lance?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here