Tout savoir sur les arbres fruitiers…

0
7

Du latin viridis (vert) puis viridiarium pour bosquet ou jardin de plaisance, le mot verger a connu de nombreuses variations jusqu’à la fin du XVe siècle : d’abord ort puis hortus pourjardin potager, les termes jardin et vergier furent utilisés équitablement. Aujourd’hui, le verger a trouvé ses lettres de noblesse de pouvoir cultiver leurs propres fruits, juteux, incomparablement savoureux. Gorgés de vitamines, ils font le bonheur de toute la famille.
En ville, à la campagne, le verger trouve sa place dans les minuscules jardins. Fruitier nain, arbuste à petits fruits  en pot, au balcon-terrasse donnent en abondance. Parmi les grandes familles de fruits, on peut relever les fruits à pépins, les fruits à noyau, les agrumes ou encore la vigne. Bien entendu, fruits exotiques et fruits oléagineux ne doivent pas être oubliés.

Fruit à pépins réputé pour ses bienfaits, la pomme est reine du verger. C’est le troisième fruit le plus consommé sur le plan planétaire. Ce fruit presque rond à la peau rouge, jaune, verte, renferme une chair croquante plus ou moins ferme, juteuse, légèrement acide ou sucrée selon la variété. En son cœur, elle abrite dix graines (pépins) dans cinq loges. La pomme est à cuire, à cidre ou de table : elle peut se déguster avec ou sans sa peau et accompagne parfaitement les mets salés. Facile à cultiver, le pommier a tout de même besoin d’une période de froid pour donner des fruits (dit vernalisation). Le pommier fleurit au printemps et la récolte des fruits a lieu en automne pour un stockage pratiquement annuel.

Parmi les fruits à noyau, la cerise est l’atout incontournable du jardin gourmand. Ce petit fruit rouge à noir juteux, acidulé ou très sucré selon les variétés, peut être consommé nature, cuit, en jus, en liqueur. Riche en potassium et gorgée d’eau, la cerise est un diurétique naturel. Sa queue et ses noyaux s’utilisent en infusion. Le cerisier, à la floraison printanière spectaculaire, permet une récolte des fruits en été. C’est un fruitier assez facile à cultiver pourvu qu’il soit exposé au soleil. Mais les gelées tardives sont fatales à la floraison du cerisier.

Parmi les agrumes, le citron — fruit d’hiver riche en huile essentielle aux vertus médicinales incontestables — est gorgé de vitamine C. De forme ovoïde, jaune ou vert, il présente une peau épaisse, une chair juteuse et acide, et des pépins. Il se consomme nature, pressé, confit, en liqueur. Il accompagne les préparations culinaires, dont le poisson, parfume les crèmes et pâtisseries, permet l’élaboration de sauces. Le citronnier, arbuste à feuillage semi-persistant, se cultive essentiellement en pot sous nos latitudes afin d’être mis à l’abri du froid dès l’automne. Ses fleurs sont très parfumées. Le citron se récolte de novembre à février.

Enfin, la vigne, dont chaque grappe porte les grains de raisin, permet la production du vin, mais ses fruits peuvent aussi être dégustés frais ou secs, en jus, en vinaigre, cuits en confiture. La feuille de vigne entre dans des préparations culinaires très appréciées. Le pied de vigne dit cep se plante en automne ou au printemps. Le raisin se récolte de juillet à octobre selon les variétés.

Pour un verger varié ou une plantation d’arbres fruitiers en pot ou en véranda rien n’empêche de s’essayer à la culture d’autres fruitiers afin de récolter kaki, kumquat, orange… Le marronnier est intéressant tout comme les plants à fruits oléagineux tels que noix, noisettes, amandes. Le kiwi et le figuier sont aussi de superbes fruitiers qui ont un statut ornemental. En effet, le kiwi est une liane qui couvrira parfaitement et rapidement une pergola et une tonnelle pour une abondance de fruit à récolter à l’automne et à consommer tout l’hiver. Le figuier lui, est un arbre majestueux au port non conventionnel qui apportera ombre, fruits…puis confitures !

En règle générale, la plantation des arbres fruitiers s’effectue en automne lorsque la terre est suffisamment humide, mais pas encore froide, dans un trou préparé depuis au moins quinze jours. Il faut respecter les besoins climatiques du fruitier et son mode de fécondation. Pour pouvoir obtenir une belle récolte de fruits, il peut être impératif d’installer en proche voisinage, une variété pollinisatrice, sauf si le fruitier choisi est autofertile. Si l’on opte pour les formes palissées de fruitiers, il sera nécessaire de choisir entre verrier, cordon, haute tige, ou encore palmette, fuseau ou demi-tige par exemple, tout comme le nombre de bras ou d’étages.

La création d’un verger est un art qui mérite attention et patience, qu’il s’agisse de fruitiers en pot ou en pleine terre. Les tailles, les palissages et l’entretien (lien vers article du blog taille des arbres fruitiers)) général permettent une récolte des fruits qu’il ne reste plus qu’à déguster ou à conserver. Fruits d’automne et de garde (pomme, poire) se cueillent avant les gelées et achèvent leur maturation en cagettes, dans un local ventilé protégé du gel à faible température. Les kiwis se récoltent avant les toutes premières gelées. Ils attendent d’être consommés, entreposés en cagettes bois dans une cave ou un cellier. Les châtaignes sont  sorties de leurs bogues, plongées dans l’eau pendant une semaine afin d’être débarrassées des insectes, puis séchées à l’air et au soleil. Elles se conservent dans une pièce aérée. Une fois ramassées, noisettes, amandes et noix sont tout d’abord mises à sécher puis gardées en panier, à la maison.

 

Les fruits d’été  comme les fraises, ou la récoltes des framboisiers / groseilliers se consomment dès la cueillette ou se cuisinent afin d’être conservés, sous forme de confiture, gelée, compote ou jus. Ils peuvent aussi être congelés ou gardés en bocaux après stérilisation.

Le plus difficile reste à choisir vos arbres fruitiers !

LAISSER UN COMMENTAIRE